Le cas Laura

Posté le Samedi 1 août 2015

C est une mesure d apjm qui m amené à rencontrer la jeune Laura, nouvellement mariée. La jeune fille vient de prendre pour mari le non moins jeune Aloson , emigre espagnol, au physique androgyne. Dans les antécédent familiaux nous retrouvons une incapacité de la famille à vivre dans son époque et bien qu impliqués dans la vie sociale ,ils choisissent de vivre en marge de la petite bourgade de walnot grove, sur mon secteur.

Laura est la cadette de trois enfants. Les 2 autres files sont porteuses de handicap. L aînée marie est aveugle et psychologiquement affaiblie. Carrie semble dyspraxique et envahi de stéréotypies motrice c est une enfant volontaire qui tente par exemple chaque matin de franchir la coline qui lui permettrait de rejoindre ses camarades de classe. Mais inévitablement elle se prend les pieds qu elle a forts courts et s etalle de tout son long. EllCarolinee en silence pour ne pas accabler sa famille défaillante. Ainsi elle est victime de moqueries. On note la également l absence de repères parentaux qui jamais ne porte assistance à cette enfant en difficulté.

La maman, Caroline,est une femme simple. Son unique préoccupations consiste à faire des confitures et à combler son mari. La relation qui les unit date de l enfance et si on les sent capables de tendresse la sexualité est inexistante dans ce couple rendu solide par leur appartenance à la communauté mormone. Toutefois, les nombreuses mauvaises rencontres qu ont fait leurs trois filles nous démontrent si l on en douter que leur équilibre n est qu une facade. Le pere suit un modele traditionnel passeiste, mysogyne et retrograde.Ils ont souhaite adopter le jeune Albert qui a curieusement une ressemblance frappante avec Charles ingalls. On peut se demander si madame I a pardonner l infidélité de son mari jusqu’à à acceptzer cet enfant adultèrin ou si comme dans bien des contrées isolées de mon secteur la consanguinité est un fleau qui limite les capacités intellectuelles.

La jeune Laura souffre de la grande précarité dans laquelle sa famille s est enfermée. Le chien jack n à pas toujours à manger. Elle aspire à plus de culture, de vie sociale mais se limite à un territoire grand comme un timbre poste. Elle a pour projet professionnel d être institutrice, nous l orienteront dons ces un Cap petite enfance.Ayant élevé sa petite soeur devant l absence de compétence parentale flagrante chez Caroline, la jeune Laura pourra sans aucun doute préparer ce diplôme qualifiant par validation des acquis de l expérience. Il est de toute façon inutile d’obtenir une formation supérieure à l enseignement, si les enfants apprennent à lire,écrire et compter, le projet de développement social local de walnut groove aura atteint ses objectifs.

 

thereseestintelligente @ 10 h 39 min
Enregistré dans cas sociaux
le cas titi

Posté le Vendredi 31 juillet 2015

madame nous reçoit dans un salon propret, décoré avec soin. On remarque de suite dans les détails qu’il s’agit d’une mise en scène, tout est , en effet, factice. Madame a préparer la visite du service social à la hâte.

Une décoration animale vient agresser le visiteur dés l’entrée. On ignore quelle porte mystérieuse ouvre les clés suspendues ici. madame dire  » la , on n’y va pas. »

le pluriculturalisme donne une impression d’étrangeté : ça et là des bibelots sans valeur semblent comme échoué la. Tout ici est donc en échec. Une fascination pour le morbide s’observe trés rapidement . Madame est catholique mais peu respectueuse du sacré. Bien que madame ne sorte plus de chez elle depuis des années , elle s’intéresse à la météo et noye  sa solitude dans une passion pour les animaux qui vient nous indiquer une souffrance mentale importante : elle nous présentera une photo de magazine comme étant son compagnons a 4 pattes.

c’est dans ce logement exigu qu’a grandit titi, sous la coupe de cette mére difficilement imaginable.

les médias ont une place particulière dans la vie de madame. Bien qu’illettrée, madame posséde même un livre, et est abonnée a plusieurs magazines d’influence.madame a réussi a organiser sa consommation malgré l’isolement.

titi cherche à fuir cet univers glauque en s’enfermant dans un personnage, musicien ,amateur de country ou de rockabilly. Il entasse les bande dessinées dans sa chambre dérangée. il semble qu’il s’adonne a une consommation de produits illicites et qu’il ait des pratiques masturbatoires

le logement est étroit. titi dit n’en avoir que faire. en effet, ce jeune majeur très déprimé estime ne pas mériter mieux et n’a pas d’attaches.

Régulièrement , il menace sa maman de quitter le domicile. celle ci l’insulte alors et réduit les projets de titi a néant. elle estime que ces quelques conquêtes amoureuses ne sont pas a la hauteur. elle menace de lui couper les vivres. de guerre las, titi prend soin des animaux et survis dans ce contexte familial mortifère.

titi a exprimé le désir d’entamer une carrière artistique. on y voit sans aucun doute la reproduction sociale dont il est victime, son pére ,aujourd’hui décédé, était lui même chanteur de bal.

ce logement nécessiterait une intervention rapide des ss de par la promiscuité des lieux. les racines italiennes de titi sont noyés dans un univers misérable et ennuyeux. un univers mortifère dont ils se contentent , sans ambition aucune.

 

 

thereseestintelligente @ 15 h 15 min
Enregistré dans cas sociaux
étude de cas

Posté le Vendredi 31 juillet 2015

Deux services des plus compétents sont intervenus auprès de la famille P. Thérese vous confie sa note sociale et y adjoindra la note de sa conne légue.

Il semble que nous ayons relever les memes éléments.

 

«  C’est au lendemain d’une séparation que nous rencontrons madame p et ses trois enfants âgés de 11 , 9 et 3 ans. Madame P, evoque les faits sans emotion avec une froideur qui impressionne .Il est pourtant le père de ses trois enfants nés de trois géniteurs différents . Nous employons le terme géniteur a dessein puisqu’aucun des enfants n’a de vécu commun avec celui qui a permis leur naissance. Madame est une femme forte, qui se néglige. Elle est en obesité morbide .Elle n’est pas maquillée ni coiffée lors de la rencontre et porte des vetements qui ne sont pas ajustés. elle n’a pas de tenue adaptée a la saison.

Le logement ou nous rencontrons madame P pourrait être qualifié d’indécent voir d’insalubre tant il n’est pas adapté a la vie de famille : il mesure a peine 24m² . les prises electriques sont insuffisantes et madame P accumulent les rallonges. Le circuit de gaz est accessible même au plus jeune, une bouteille d’eau de javel est a peine protégée par un maigre rideau sous l’évier. Il n’y a pas de dispositif de sanitaires ni même d’espace douche. A l’heure d’aujourd’hui aucune démarche n’a été entreprise par madame pour mettre aux normes ce logement qu’elle dit provisoire mais dont elle dira qu’elle l’a connu « sous 20 centimetres de neige, en avril ». Personne n’est là pour attester de la santé psychique de madame.

On remarque de suite l’isolement de la famille P. dans ce petit coin de verdure qu’elle dit « calme » mais qu’on qualifie d’isolé . Le logement n’est pas investi par madame : quelques phrases d’auteurs souvent inconnus sont collés a même les murs de pvc jaunâtres. Seule une photo au format photo d’identité d’un vieil homme est accroché avec une pince a linge sur un des murs de la pièce de vie . Les enfants diront que c’est leur papy bien qu’aucun lien du sang ne les unisse et que « mamie n’est pas mariée avec lui et n’habite pas non plus avec » . La nuit madame p partage l’espace nuit avec la fille ainée dans une promiscuité indigne de son age. L’autre garçon est relayé a l’extérieur du logement. Le jeune enfant quand a lui dort dans un lit parapluie ,que seul un linge de couleur verdâtre vient égayer malgré sa taille : l’enfant mesure plus d’un mètre a 3 ans ce qui pose la question de l’équilibre alimentaire dans cette famille.

En effet, les photos de famille mettent en évidence une étrangeté : bien que ressemblant a sa maman, la fille G, agé de 11 ans semble filiforme en comparaison avec les 2 garcons qui presentent des particularités morphologiques identiques dés le plus jeune age a savoir une croissance a la limite de la normale.

La jeune G paraît une jeune fille facilement intimidable et très préoccupé par l’avenir de ses freres qu’elle dit porteur de « particularités ». elle est incapable de dire la date de la rentrée alors qu’elle a les capacités intellectuelles lui permettant de suivre une scolarité exemplaire depuis l’age de 2 ans. On peut s’interroger sur la volonté de madame P d’inscrire sa fille en milieu scolaire si jeune et le mettre en parralele avec le désinvestissement latent de la sphere des apprentissages chez cet enfant aujourd’hui. Elle dit « je voulais etre chirurgienne » mais cherche aujourd’hui les etudes les plus courtes lui permettant de voyager. Chacun lira ici le besoin d’evasion d’une enfant en difficulté. Quand a t’elle changé d’avis ? Nous relaterons plus tard la préoccupation maternelle importante pour le dernier enfant de la fratrie, concomittant avec un important desinvestissement parental .Nous remarquons d’ailleurs que la jeune fille est déjà bien informés de la question de la sexualité et en est préoccupée . Son visage juvenile est particulierement marqué par un acné severe dont madame ne semble pas se preoccuper outre mesure. Elle laisse a penser a l’enfant qu’elle prendra rendez vous « un jour » avec un dermatologue . A ce jour, aucune demarche n’a ete entreprise.

B, agé de 9 ans très immature. Il n’a pas parlé jusqu’à 3 ans et demie, signe evident du malaise relationnel qui devait deja regner dans cette famille. A l’age de 4 ans , l’institutrice avait évalué qu’il n’avait pas les capacités pour entrer dans les apprentissages scolaire et devait donc quitter le milieu ordinaire. Un suivi rased et une avs ont été demandé par l’ecole. Madame n’avait jusque là pas fait les démarches « aucun diagnostic n’a pu etre etabli » dira t’elle comme pour s’excuser. Lors de l’année de CE1 madame s’est plant que son fils d’avait pas assez de reperes l’enseignante etant absente pendant 5 mois et remplacée par de nombreux intervenants différents. L’enfant a redoublé son CE1. Aujourd’hui, alors que l’enfant a bientôt 10 ans madame a fait etablir un bilan faisant etat de dysphasie severe et d’un syndrome dysexecutif. Pourtant lors de la rencontre l’enfant etablit d’emblée un dialogue correcte avec son interlocuteur. Il semble seulement angoissé a l’idée de ne pas etre a la hauteur du regard de sa mere particulierement vigilente a ce qu’il fasse des phrases correctes au plan grammatical. C’est un enfant interessant et qui paraît cultiver. Il se plaint de ne pas aller souvent aux musées qu’il adore. La neuropediatre chef de service du centre regional diagnostic troubles des apprentissages avait notifié un suivi psychologique. A ce jour madame pretexte ne pas avoir trouvé de professionnel adequat au cmp qu’elle a arreter de frequentait en avril de l’année précédente.

C’est chez le plus jeune enfant de la fratrie que l’observation clinique fait etat d’elements les plus préoccupants ; cet enfant agé de plus de trois ans n’a pas acquis le langage ni meme la marche et encore moins la propreté.

Le regard est souvent vide et bien qu’affectueux il ne regarde jamais sa mere dans les yeux et ne prononce pas le mot maman a dessein. Il baragouine un « mommman » toute la journée, et l’observateur y verra sans aucun doute la grande clairvoyance de cet enfant qui malgrés l’entrave faite a son developpement a pu identifier ce qui pose probleme. Il agite ses bras tel un papillon cherchant a s’envoler de cette famille qui lui nuit sans doute et le gene dans la moindre tentative d’évacuer toutes les tensions qu’il a du accumuler depuis sa naissance. On peut s’etonner du grand ecart d’age entre les ainées et ce jeune enfant, peut etre pas désiré par un couple vieillissant. Il est aujourd’hui devenu une charge lourde, maman a du cesser de travailler et aucun répit ne peut lui etre accordé son réseau amical etant de son propre aveu « proche du zero ». l’enfant bénéficie de soins en kinesitherapie , en psychomotricité en orthophonie mais aucun pedopsychiatre n’est désignée pour suivre le cas. Ainsi madame a été orienté au cmp par le camps mais selon elle « cela ne correspondait pas a ses besoins ». qui est elle pour le dire ? Un suivi en psychologie comportementale est entamée par la volonté de madame : il est evident que le dressage subi dans les seances correspond plus au modele parental qu’aux soins prodigués en cmp ou on lui a dit o combien cet enfant avait besoin d’un fort etayage ! Sa méconnaissance des limites de son corps et sa non perception du bas de son corps ne lui a pas permis d’acquerir un develpoement harmonieux. Le tableau clinique est evident, la psychose infantile ne fait aucun doute. Aucun soins n’est programmée sur les 15 jours suivants notre rencontre.

Nous sommes donc evidemment en situation de détresse d’une mère depassée, accablée dans sa solitude, qui ne peut et ne sait comment répondre aux besoins de ces trois enfants. Madame paraît hostile et ne reconnaît pas aux professionnels la compétence d’évaluer de sa situation. Dans des propos outranciers elle dira qu’elle aussi a un jour obtenu ce diplôme d’as et qu’elle a meme battu un record en ayant un 2 / 20 et 4 / 20 ! c’est dire toute l’incohérence et l incompétence parentale !  »

 

C est sur le lieu de villégiature et au cours d’une « fenêtre thérapeutique » que nous rencontrons madame P. elle y séjourne avec ses trois enfants, monsieur ayant reserver ses congés annuels a la préparation d’un heureux événement familial : le bapteme du petit dernier étant programmé pour la fin de l’ete. Madame se dit heureuse d’etre en vacances l’année ayant été « compliquée » ; en effet, l’institutrice ayant voulu supprimé l’avs notifiée jusqu’en aout, madame p a du se résoudre a changer l’enfant d’établissement pour l’année suivante. L’ainée des trois enfants prépare également sa rentrée en 6eme au collége hors secteur comme elle le souhaitait, madame ayant eu fort a faire avec les démarches administratives pour les 2 dossiers mdph des garcons. C’est donc un « repos bien mérité » ! 
Bien que le logement soit modeste et décoré sobrement, on sent toute la chaleur et le plaisir des enfants a retrouver « la caravane a mamie » . peu et mal équipé, il est toutefois confortable et madame P tient a rassembler toute la famille autour de bons repas, c’est avec des crêpes qu’elle nous acceuillera ce jour là. 
La famille P est connue du service puisqu’ils ont sollicités en 2002 et en 2013 un agrément d’adoption. Les adoptions successives ont été évaluées favorablement et ont conduits a l’adoption plénière des 2 garcons de la famille. Il est a noter que monsieur et madame P avaient eu a faire au cours de leur parcours d’adoption le cheminement de la particularité de santé des pupilles de l’etat français et c’est en conscience qu’ils ont choisis de devenir les parents de ces 2 jeunes garcons qui presentaient alors des particularités de santé type retard de developpement. 

B est agé de 9 ans .aprés bien des années sans qu’elle n’est pu obtenir un écrit mettant « des mots sur ces maux » , l’année 2015 est marqué par le diagnostic etabli a la demande de l’orthophoniste par la neuropediatre chef du service du trouble des apprentissages : l’enfant est porteur de troubles neuros developpementaux de type dysphasie severe et d’un syndrome dysexecutif. Au vue de ces difficultés et des ecrits fournis par madame, nous comprenons mieux pourquoi bien que B peut suivre et interagir facilement dans une conversation il semble ne pas comprendre nos intentions et même les craindre. Une fois rassuré, c’est un enfant calme parfois malhabile , très impatient de découvrir sa nouvelle école ou la maîtresse lui a montré qu’il pourrait etre aidé ; l’ainée est très impliquée dans le quotidien de ses 2 frères bien que préoccupée par les questions de la préadolescence. Nous remarquons avec quel humour elle est capable de nous répondre qu’il est interdit de parler du travail scolaire en plein mois de juillet. Madame nous a sollicité puisque l’assistante sociale du CAMPS ne pouvait la recevoir « ne connaissant pas l’enfant ». une facture de 1700 euros pour une poussette adaptée n’a pas été remboursée faute de prescription adéquate. Le logement de la famille n’est pas adapté au handicap du plus jeune enfant. Il pese 18 kilos et ne marche pas. Une piece pourrait être aménagé au rez de chaussée afin de faciliter ses déplacements et de lui conférer une meilleure autonomie .Celui ci est autiste et handicapé moteur. Madame P n’a pas pu obtenir les éléments diagnostics des évaluations recommandées par la HAS mais la psychologue comportementale libérale a rapproché les éléments observés au cours du pep3 des elements diagnostics. C’est un enfant rieur , qui est fasciné par les toupies. Chaque objet pouvant devenir une toupie madame nous fait remarquer non sans humour que les jouets ne lui coûtent donc pas cher. Effectivement pendant l’échange , l ‘enfant fera tourner une pomme de terre avec une dextérité impressionnante ! Les difficultés financières de madame s’accumulent puisque depuis le recours auprés de la cdph , le complément aeeh 5 accordé ne suffit pas a couvrir tous les frais liés a la prise en charge de ce jeune enfant.

Nous rédigerons une note sociale afin de mettre en place la procédure d’urgence permettant a la cdpah d’examiner la pch logement au plus vite. La collégue cpam sera contacté dans les meilleurs délais afin d’accélérer la procédure de remboursement. Nous profiterons de l’occasion pour proposer a madame des activités de loisirs pendant que son enfant pourrait etre acceuilli a la halte garderie se mettant en lien avec le sessad ted afin d’offrir un acceuil adapté a cet enfant handicapé. Aussi la caf pourrait être sollicitée si madame P voulait bénéficier des dispositifs d’aide au départ aux vacances. Nous voudrions solliciter madame P afin de sensibiliser les équipes aux handicaps neuros developpementaux et a participer a une action collective visant a permettre aux parents d’enfants tsa de mieux connaître les professionnels du secteur.

 

thereseestintelligente @ 10 h 32 min
Enregistré dans cas sociaux
le cas HP

Posté le Jeudi 30 juillet 2015

J ai repris la mesure du jeune H durant les 7 dernières années. Il a été place à l âge de 11 ans chez une tante charmante et très professionnelle qui a même fait le choix d aménager son logement pour accueillir son neveu. Celui ci est un enfant inhibé, triste ,déprimé. Il semble en complet décalage avec les jeunes de son âge. Il a des soucis d intégration sociale et se place souvent en position de victime face à son cousin quelque peu taquin. Harry n a pas d humour et se dit martyrisé.

On aimerait oublier les antécédents psychiatriques des Potter mais le jeune homme semble s enfermer dans ses rêveries emplies de magiciens, de vieillard bienveillants, et d un homme qu il décrit comme très grand et très poilu. L orientation sexuelle du jeune Harry est évidente mais il ne semble pas prêt à aborder la question. Il semble n avoir que amis 2dont un roux au visage  plus enfantin quejuvénile

Malgré mes 47 convocations les parents ne daigneront me répondre durant toute la première année de la mesure. On m apprendra qu ils ont rendus visite à leur enfant sans qu aucun médiateur n’ait pu intervenir . Les collègues de secteur m apprendront également qu ils sont aujourd’hui hui décédés dans des circonstances qui restent mystérieuses. On ose à penser qu ils auraient pu prévenir !

Pour conclure il y a fort à croire que le jeune Harry p. Ait besoin de l encadrement familial appuyé que lui procure son oncle et sa tante. Il se sent responsable du décès de ses parents .le service social n à pas été informé des faits entourant la mort des dits parents. Il ne peux donc pas se prononcer sur la seule parole de l enfant qui pourrit être par ailleurs qualifier de délirant. Un suivi pédopsychiatrie est évidemment nécessaire. part ailleurs le service social couvent les frais de l enfant dans l institution poudlard privée qui offre à l enfant un enseignement adapté à son handicap ( CLIS hors secteur) il faudrait faire la lumière sur le relationnel entretenu par le jeune avec ses enseignants et encadrants. Une ambiguïté malsaine reste à surveiller.

thereseestintelligente @ 18 h 18 min
Enregistré dans cas sociaux
article 26 !

Posté le Jeudi 30 juillet 2015

Article 26.

Devoir de confraternité

Mais quelle confraternité ? De quoi parle t on ?
J ai louper un truc ? Y a peut être une cérémonie avec des costumes et tout ? ( coupe coiffe décoiffe  Jean et tee shirt marin pour ne pas être ostentatoire bling bling )

http://www.ouest-france.fr/solstice-dhiver-au-coeur-dune-ceremonie-de-druides-en-bretagne-315559

genre on te met le crayon d or sur l oreille et tout le monde se met à chanter le chant des partisans ?

Tu es prête à prendre des notes qu on qualifiera désormais de sociales parce que tu es rentres chez les cons fédérées? Nan sans déconner ?

Ou alors la fraternité qui commence dès l Irts et qui consiste à organiser au mieux la distribution des stages ? Pour que personne ne se retrouve ‘ sans solutions’ ( oui oui vous!lisez bien parents d enfants handicapés les aspirants as eux aussi peuvent être sans solution ) la foire d empoigne la ? La bienséance voudrait qu on laisse les parents prioritaires ( oui certains comme moi cumulaient déjà les handicaps) ou les plus éloignés sans permis..et puis quand même quoi moi aussi j voudrais trouver un stage en bas de chez moi ? Quoi ? Comment ça ça s fait pas ? En quoi c est gênant que ma voisine me rencontre aussi bien à la boulangerie qu à la permanence du secteur ?? Bah j vois pas à qui j le dirais que son mari boit et que son fils est pédophile.. Euh non j voulais dire phileo… timbrophile…euh nan..cleptomane.. Numismate ! Oui voilà c est ça numismate ! Je voulais dire numismate ! Alors j peux y aller au CCAS ?

La confraternité des assistantes sociales.. Jamais vue..il parait que ça a existé.. Du temps de la grande grève.. Au siècle dernier..moi j ai sans doute trop peu bosser pour m en rendre compte…mais ça fait partie du code de déontologie ! Si, si ! Article 26..devoir de confraternité..

Moi j m en fous mon code j suis assise dessus..c est pas ma faut j suis trop petite pour conduire sinon !…pour conduire …un entretien bien sur…

thereseestintelligente @ 18 h 14 min
Enregistré dans questions de bon sens
De la bonne distance

Posté le Jeudi 30 juillet 2015

 

Les travailleurs sociaux ont très tôt ce questionnement curieux autour de la « bonne » distance.

51 cm c’est trop distancié , 49 c’est trop proche, on risque la fusion …oui rien que ça

comme un blob visqueux,

comme bob dans monstres contre aliens

De la bonne distance dans questions de bon sens 4939981c6af94ad1b3e724dd1b8a3e73

 

,vous savez le gros truc bleu qui n’a pas de cerveau..

 

 

la comparaison s’arrête là évidemment…

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme un nouveau né qui reconnaît l’odeur de celle dont il vient de toucher le pubis avec les oreilles,(pas d’illustration nécessaire)

en fusion totale..sur un même pied d’égalité..pas dans un rapport aidant /aidé..pas dans un rapport dénué d’affects mais au contraire ou nous laissons pénétrer… par l’idée d’abord,

en empathie complète, perdus dans nos inter subjectivités , unis à jamais dans une ambiguïté malsaine…

 

le risque existe.

 

sûrement.

d’autant que Thérèse n’est pas moche, elle n’a pas un physique facile.

évidemment puisque « l’usager » n’a aucun réflexe défensif quand ils nous voient débarquer cheveux au vent et sac en bandoulière, débordant de toutes nos mesures , injonctions, contrats d’engagement réciproque, toutes nos abréviations, notre agenda qui déborde (offert par le conseil général)… le terrain est propice

 

non l’usager n’est pas bourré ( euh…ça arrive) de stéréotypies sur les assistantes sociales, il sait qu’elles sauvent le monde et qu’elles sont la réponse à la main qu’il tend depuis des années …

lui est chaleureux, sympathique parfois même..mais il est quand même le plus souvent littéralement dans la merde..ce qui n’est pas le plus charmant de ses traits..

l’usager peut nous pénétrer soit ..admettons.

mais alors c’est un partenaire…c’est ça oui l’usager doit être au cœur des pratiques..

le premier partenaire..c’est très sexuel finalement.. bon sang mais c’est bien sur !

 

Quand tout de même on veux être un poil plus sérieux, on parlera d’empathie de feeling,(nothing more than feeeeeeeeling) ,voir même d’instinct..on entend parfois que «  ca sent pas bon dans cette famille ».. rien a voir avec un sens olfactif surdeveloppé …c’est l’instinct ! L’instinct du tueur, du chasseur…

l’assistante sociale est comme le chien qui cherche le message..elle sent le cul..mais discrètement..  » il est suspect » et c’est bien connu , c’est pire que léche cul !

l’usager fait parfois des tentatives..il veux « briser la glace », nous « mettre à l’aise »..sur un malentendu on peux conclure..jean claude dus, essaye souvent..on est contente de porter l’alliance.. quelqu’un m’a dit » vous qui connaissez les lois vous pourriez pas me dire comment ne plus être contrôlé ? »

il tient toujours à nous offrir le café, parfois même le café calva. Ou le genieffff ..

la règle veux qu’on refuse poliment, le café et l’alcool ..

remarquez bien qu’aprés une matinée de VAD la brave dame qui accepterait chaque café ne dormirait plus pendant trois semaines entières . les plus téméraires osent le «  vous avez du déca ? » Espérant que la famille réponde évidemment non . J’imagine que la pratique est locale et du coté des bouches du Rhône on offre plus le pastis. Soit. Admettons .

D’ou le taux d’alcoolisme important dans la profession.

Est ce qu’a Montélimar on offre plus le nougat ? A Toulouse la saucisse ?

 

J’ai eu au cours de ma courte carrière a goûter un thé yéménite dont je n’ai pas vérifier la légalité mais qui m’a donner très envie de m’adonner quotidiennement au « tea time » de 17 h !

 

si vous voulez être un usager- hôte délicat montrez l’heure les bouteilles de jus de fruits que vous n’avez pas ouvertes précédemment…les cas soc ont cette fâcheuse habitude d’acheter des trucs pas chers , insipides voir même carrément dégueulasses.. et on ne sait jamais si vous veniez à vouloir les empoisonner c’est moins visible quand le bouchon est hermétique,(mais tout a fait possible) . N’achetez pas le jus de pomme de chez aldi. Il est très bon mais comme il n’est pas tout a fait limpide elle imaginera que ça n’est pas ce qu’il paraît.

Prenez du bio sauf si vous devez demandez une aide financière, elle pourrait trouver que vous foutez légèrement de sa gueule si vous lui offrait un jus de pomme a 4 euros le litre et que vous lui

dites « je ne sais pas comment nourrir mes 6 enfants »

ne songez même pas à leur offrir un jus de fruit frais pressés par vos petites mains, votre hygiène d’usager est souvent jugée douteuse. (pourtant j’ai connu des personnes qui l’avaient la coquille des œufs ..bah oui tu vois d’ ou ça sort ?…)

pas de gâteau non plus sinon vous verriez la Thérèse qui vit en elle se réveiller « c’est fin! c’est très fin !ça se mange sans faim ! »

 

Ne cherchez pas à connaître sa vie, de toute façon c’est pas parce qu’elle a des gosses qu’elle sait mieux que vous ! Ni même qu’elle n’en a pas et ne s’est jamais réveillé trente fois par nuit !

non ça n’a rien à voir, elle , elle saurait cadrer cet enfant et lui donner un étayage rassurant ! Qu’importe qu’elle ne sache pas ce que veux dire le mot étayage et à quoi il fait référence.

Et si elle en a , ils ont fait leurs nuits en sortant de la maternité, elle a allaité jamais bien longtemps, elle  n’a pas eu crevasses parce que la sage femme libérale qui venait l’aider était une femme terriblement douce et bienveillante …

n’allez pas sur ce terrain glissant..il est tout a fait possible que son parcours de vie ne soit pas plus glorieux que le votre et que ces antécédents familiaux soient un lourd fardeau dont elle pourrait vouloir se décharger sur vous..courage un entretien peut vous sembler bien long..

si vous lancez sur le sujet elle pourrait  vous renvoyez dans les cordes .. »et vous, vous y êtes aller a la pmi  ? Le deuxieme jeudi du mois a 8h 30 ! c’est pourtant facile de pas se tromper !  »

C’est facile ce jour là tous les enfants sont alignés en body en attendant l’arrivée du médecin.. ambiance sanatarium  1882…la pesée a lieu a 10H, les vaccins à 10h02, l’IP a 11H34 après une concertation en équipe ( ou une pause café en fait)

Ne lui offrez pas de cadeau ! Elle ne vous en fera pas elle !

Je me souviens avoir appéler au secours ,  en panique mon formateur- mentor parce qu’une maman m’avait offert un cadeau en stage de 3eme année… bien emballé et tout ! …avec des petits nœuds roses…

-«  c’est quoi ? »

 

-   » bah je sais pas j’l'ai pas ouvert ! »

 

long silence

 

- «  euh,t’as dit merci au moins ? »

«  oui, papa ! »

 

Imaginez la scène : cette dame,  qui aurait traversait trois océans à la nage pour soigner son enfant malade, vivait dans une très grande misère. Et pourtant elle avait tenu à me coudre 2 tenues traditionnels de son pays d’origine ( le Yémen donc.. ils étaient vraiment sympa ces gens là dis donc !)

Argh,trop peu de distance,,, je fusionnnnnnnnnnnnnnne arghhhhh je perd mon identitééééééééééééééééé

 

j’ai dit « merci » et j’ai quitté le domicile, gênée.

Je n’avais même pas ouvert le cadeau. Nan mais c’t'honte ! Essayez pour voir  : on vous offre un cadeau , vous ne l’ouvrez pas , vous dites merci beaucoup et ,vous quittez le lieu sur le champ.

Professionnelle de la relation. RI- DI-CULE

 

Post scriptum : une de mes stagiaires n’avait pas du tout de problème avec la question de la distance. Elle est sorti durant le stage avec un jeune du quartier ou nous intervenions. Bah quwoua ?

thereseestintelligente @ 18 h 00 min
Enregistré dans questions de bon sens
qui est Thérèse ?

Posté le Jeudi 30 juillet 2015

Qui est Thérèse ?

Oui très bonne question

Qui suis je ? Que fais je? dans quel état gère ?

Avant j étais as

Maintenant je fais pénitence.. Ou peine à voir selon le point de vue.

J ai passé un peu plus de trois ans sur les bancs d un Irts pour recevoir l adoubement de mes pairs et devenir assistante de service social…

Les initiées s’interrogeront de suite sur le pourquoi de cet ‘un peu plus de 3 ans’ puisque la formation initiale n est que de 3 ans ! Bah oui mais je suis de celles qui ont été disqualifiés ..sans doute trop brillante , j ai mis 4 ans à me mettre au niveau attendu à l examen. Et pourquoi ne pas dire 4 ans alors ??? Et bien parce que j’en connais qui m aurait alors de suite accusée d être revancharde voire aigrie ou qui aurait douter de mes compétences ( je ne sais jamais comment l écrire)…et en réalité j’ai bénéficier d allègement de formation en étant devenu maman au cours de la triade .

Adoubé par mes pairs donc je pratiquais comme je l avais appris, en centre social .Là ou peu de mes pairs avaient déjà créer du lien social dans ce que l on nommé pudiquement une cité. 3000 habitants dont 80 % vivent des minima sociaux. Autant dire une expérience enrichissante qui devrait compter double ou triple pour les points de retraite, ou dont la NBI devrait être réévalué. Que nenni ! Point de fonctionnaire,point de primes de risque, point de droit, point de loi…

j y ai brûlée mes frêles ailes , y ai perdu la fois..on dit burn outée..ou t es ?papa ou t es ? papaoutai …

Point de burnes non plus..mes pairs n en avaient point pour me montrer le chemin.

C est donc seule que j ai fais le chemin de la rédemption.

Et un enfant nous est venu..un tout petit..un de ceux qui laisse passer la lumière..( heureux les félés car ils laissent passer la lumière)

Pas tout à fait entier, pas tout à fait parfait..comme on l espérait. Mon fils, mon bien aimé ,est porteur de particularités. Il est autiste. Et par lui avec lui et en lui , ( ?????!!!) nous avons pu faire le chemin des usagers… Passer de l autre côté du miroir et constater..chaque semaine j’ai lu des extraits d’IP ahurissantes, chaque jour j’ai tenté de répondre à des parents désemparés dont personne n’avait informés de leurs droits .. les nanasses m’ont toujours exaspérés mais la goutte d’eau a fait déborder le vase. c’est avec mon arme favorite que j’ai choisi d’entrer en lutte..j’ai rédigé une enquequette sociale , une vraie…et des parents l’ont lu..ils ont flippés, ils ont rit, ils ont compris..

Parce qu on n en est pas moins conscient une fois redevenue simple maman..putain j fais des vers sans en avoir l’air..

Qui suis je donc ? Une aigrie, incompétente qui a le temps et la distance suffisante pour poser un regard caustique sur ces bons vieux SS ( services sociaux). a bon entendeur !

therese est trés intelligente , elle a fait l'ecole d'assistante sociale !

thérèse est très intelligente , elle a fait l’école d’assistante sociale !

thereseestintelligente @ 17 h 39 min
Enregistré dans Non classé
Bienvenue!

Posté le Jeudi 30 juillet 2015

Bienvenue , vous êtes arrivés a bon proc , à bon port  !  bref vous êtes arrivés !

 

Thérèse, assistante de service social diplômée d’état lamentable, est heureuse de vous accueillir ici !

Vous pouvez déposer une gerbe puis-qu’ici gisent toutes les espérances que j’avais en commençant ce métier il y a quelques années.

bienvenue à vous assistantes sociales collègues, nanasses, éducateurs , conseillères en économie sociale et familiales et même aide medico -psychologique !

bienvenue usagers, usageres, usagés et usagées du système !

bienvenue simples gens et gens simples !

bienvenue maltraitants et maltraités !

bienvenue même a ceux qui veulent enculer Thérèse !

https://www.youtube.com/watch?v=Vwur45ZK2Ko

 

 

thereseestintelligente @ 12 h 14 min
Enregistré dans Non classé